Shopping Cart

No products in the cart.

aside-banner.jpg
MAKE BEAUTY

© 2023 RIDDHI FRAGRANCE. DESIGNED BY

The Blog
/
/
/
/
/
A chaque sport son doping

A chaque sport son doping

A chaque sport son doping

Dans les années 50, les athlètes russes dominèrent le sport mondial. Il semble prouvé aujourd’hui que l’utilisation des stéroïdes anabolisants n’était pas innocente à ces performances. Cette pratique s’est alors reportée de l’autre côté de l’Amérique et de nombreux haltérophiles, danseurs, nageurs, joueurs de football américain et de base-ball utilisèrent les stéroïdes anabolisants dans le seul but de battre des records et de gagner.

  • De ce fait les pays riches n’ont pas toujours intérêt à voir le dopage
    disparaître.
  • La dernière épreuve des championnats du monde scolaire d’athlétisme v…
  • Que ce soit pour améliorer leurs performances, pour améliorer leur aspect esthétique ou tout simplement pour se sentir mieux, des pratiquants ont recours à de nombreux produits (le plus souvent délétères pour la santé) qui boostent leurs conditions physiques et/ou mentales.
  • L’adrénaline stimule
    le coeur, rétrécit les petits vaisseaux sanguins, augmente la pression
    artérielle, libère le sucre stocké dans le foie.

Les corticoïdes, interdits en compétition, sont autorisés à certaines conditions lors des périodes d’entraînement. Mais le soupçon repart de plus belle autour de ces produits que Laurent Bénézech surnomme « l’hormone du courage ». Une affaire ne peut venir que de l’extérieur du monde du rugby, comme Festina avec l’arrestation du soigneur Willy Voet. De l’ouverture des dossiers de la Stasi pour l’ex-RDA, de la police pour ­Festina et Puerto.

En Angleterre, berceau du rugby, le championnat professionnel en déroute financière

Ce sont des questions qu’on retrouve souvent sur Internet ou qu’on peut entendre durant les discussions de vestiaire au gym. Bien sûr, ils sont interdit et peuvent également avoir de graves effets secondaires, mais comparativement à d’autres drogues, les dommages résultant de l’utilisation de stéroïdes sont faibles. Le type de stéroïdes utilisés, la posologie et la durée d’utilisation des stéroïdes sont tous des facteurs qui comptent dans l’équation.

Ils achètent des produits sur Internet et se font établir la posologie par ces gourous. Les joueurs sont livrés à eux-mêmes parce que les staffs des clubs ne sont pas très étoffés. Ils deviennent plus vulnérables quand ils sont blessés, car ils doivent tout faire pour reconquérir leur place.

Comment définir le dopage ?

Il existe aussi les dopants « fat burners » ou brûleurs de graisses. Il stimule la lipolyse qui favorise la dégradation des graisses. En 1896, le record du monde sur 100 mètres était de 10,8 secondes. Presque 120 ans plus tard, le record s’établit à 9,58 secondes.

Dans ce cas, l’intention première sera de prendre de la masse. Beaucoup ont utilisé des médicaments qui n’étaient pas destinés, à l’origine, à se doper. Nous pouvons prendre l’exemple du Clenbutérol qui était un médicament pour cheval ou l’EPO qui sert à soigner les asthmatiques. Les hormones de croissance quand à elle servent à aider le développement des enfants qui peinent à grandir.

Ils vont aussi à la rencontre de pratiques déviantes dans les salles de fitness. Le journaliste Pierre Ballester estime que le rugby est dans le déni en ce qui concerne la question du dopage, comme le cyclisme d’avant l’affaire Festina. La recherche de performance constitue le motif principal du dopage.

Comment se les procurent-ils et quels sont les dangers auxquels ils s’exposent ? « C’est un phénomène complexe et multifactoriel », confirme Fabrice Lorente, vice-président de l’université de Perpignan, qui a lancé une vaste étude sur le sujet en Région Paca. Selon ses résultats, 6 % des garçons de 14 à 18 ans disent avoir déjà pris de la créatine, un produit censé favoriser la musculature et que l’on trouve en pharmacie.

La prévention ciblée au généraliste est l’affaire de tous, son efficacité passe par l’aide des professionnels de la communication et de la santé publique, qui connaissent bien la difficulté du résultat. La création de cellules pluriadministratives, associant jeunesse et sports, douanes, police, gendarmerie, justice, semble être la solution tant le phénomène est long et déborde les frontières du sport. Ce risque controversé dépendra à la fois de l’image du corps renvoyé par le développement musculaire et les effets psycho-actifs secondaires.

Des footballeurs (et beaucoup d’autres) boostés aux stéroïdes

Nous mettons en garde les lecteurs de ce chapitre pour bien faire comprendre que nous n’avons pas voulu donner des moyens de se procurer ces produits interdits, qui sont hautement néfastes pour la santé. Il faut reconnaître toutefois que de nombreuses références mettent en garde le sportif sur le danger de l’utilisation site de steroide de ces produits. Par contre, si l’on tapait dans le même moteur de recherche, les mots en anglais « Anabolic steroids », nous retrouvions plus de 2 millions de références pour se procurer, acheter et utiliser les stéroïdes anabolisants. L’un d’entre eux était clairement dans le collimateur de la FFR et de l’AFLD.

Ils
sont utilisés pour perdre du poids ou pour gêner la détection de substances
illicites dans l’urine par dilution. Le mannitol est interdit si il est administré par injection intraveineuse. Par ailleurs, les produits dopants boostent la croissance de certains muscles plus difficiles à développer si l’on ne prend rien.

Tag:
Share
Categories
Popular Post
Instagram